Avete omnes,

Après un long moment sans écrire sur le blog, nous revoilà avec des nouvelles de la demi journée de l’Antiquité qui s’est magnifiquement déroulée au gymnase du collège du Grand Parc grâce à l’action conjuguée des enseignants, surveillants et élèves.

Le mardi 23 juin, plusieurs ateliers interdisciplinaires en lien avec l’Antiquité ont été mis en place : jeux mathématiques antiques, sports romains, puzzles et jeux de société antiques. … ont été proposés à tous les élèves de 5èmes du Grand Parc.

La Segpa nous a proposé des pains et des pâtes de fruits réalisés selon des recettes antiques.

Ecce: voici quelques photos en avant goût, d’autres viendront bientôt enrichir cet article.

Des photos seront également déposées sur le site du collège Grand Parc!

20150623_11112020150623_11110020150623_10493020150623_10344320150623_10211220150623_10054220150623_105524

Avete,

volumen

Pour tous les latinistes de Grand Parc et Clisthène,

Dans le cadre de notre travail sur la civilisation romaine, nous allons effectuer une sortie pédagogique jeudi 12 mars de 8h00 à 12h30 à l’Archéopole de Pessac.

Il faudra donc prévoir un pique-nique et bien sûr pour les demi-pensionnaires, vous ne payerez pas la cantine.

Vous suivrez ainsi un atelier de papyrologie:

Comme les antiques grecs et romains, vous allez découvrir l’art des papyrus à partir desquels on rédigeait les volumina:

Du latin volumen, inis,  n: volume, manuscrit, livre

Le volumen était un parchemin en forme de rouleau sur lequel on écrivait toute sorte de textes comme sur la photographie ci-dessus.

Les scribes copiaient et recopiaient des oeuvres d’auteurs en tous genres: pièces de théâtre, poésie, épopées, ouvrages scientifiques...On conservait les volumes dans des bibliothèques, notamment dans les Thermes pour faire le lien avec notre précédente séquence.

De nombreux manuscrits antiques nous ont été légués sous cette forme. Ils sont dans un état plus ou moins satisfaisant de conservation…

Malheureusement, un nombre incalculable d’ouvrages ont été perdus laissant dans l’oubli des pans entiers de l’Antiquité, des oeuvres insoupçonnées que nous ne connaîtrons jamais peut-être.

Les 3èmes: rappelez-vous l’histoire aussi effrayante que passionante d’Hypatie d’Alexandrie au IVÈME siècle:

Cette philosophe de langue grecque, néo pythagoricienne qui essaya de sauver des milliers d’ouvrages, d’une valeur inestimable conservés à la Grande bibliothèque d’Alexandrie en Égypte, de l’autodafé:

L’autodafé était un bûcher sur lequel on détruisait et brûlait les livres considérés comme dangereux par les pouvoirs établis.

Elle essaya notamment de sauver un ouvrage de référence perdu en très grande part aujourd’hui: La Poétique d’Aristote, des pièces de théâtre de Sophocle aujourd’hui perdues…Et tant d’autres!

C’était le tout début de ce que l’on a pu nommer l’Inquisition chrétienne européenne; les personnes et les livres considérés comme néfastes subissaient le sort tragique du bûcher!

L’Empire romain devient chrétien avec l’Empereur Constantin en 313.

Sous l’Empire de Théodose vers la fin du IVÈME siècle, la religion chrétienne devient la seule autorisée.

Voici une carte de -27 à 138:

1011198-LEmpire_dAuguste_à_Trajan

© Archive Larousse encyclopédie.

Cette période de l’Histoire est très trouble et difficile à cerner parce que le monde méditerranéen vivait dans une effervescence inimaginable et au coeur d’un entrelacs de religions, de croyances, de conceptions philosophiques et politiques qui se faisaient la guerre les unes aux autres ou co-existaient en bonne intelligence.

Les manuscrits antiques étaient désormais vus comme des outils de propagande païenne par l’Empire romain d’Occident:

les Chrétiens appelaient païens ceux qui n’étaient ni chrétiens, ni  juifs.

Les livres de l’Antiquité gréco-latine, les us et coutumes des Grecs, des Romains, Vikings, Germains ou Gaulois… étaient considérés comme païens, comme appartenant au paganisme:

Du latin paganus, i, m: habitant indigène, villageois, grosso modo cela signifiait à partir du VI ème siècle polythéiste, qui croit en plusieurs dieux…par opposition aux juifs et chrétiens qui ne croyaient qu’en un seul dieu.

Je replace ici dans les très grandes lignes le contexte,  il ne faut pas y voir un parti-pris pour un côté ou un autre. Il faudrait la précision d’historiens spécialistes de ces questions afin d’obtenir un éclairage plus net, l’idée essentielle est là.

Mais laissons cette partie obscure de l’Histoire et retournons au moment où l’on fabriquait les papyrus avec la plante du même nom…

Nous nous plongerons dans la peau d’un papyrologue:

Nous réaliserons nos propres papyrus comme les Romains!

Bonne fin de vacances!

Valete

Magistra

Abaque

Avete cari peregrini et discipuli,

Bonjour chers visiteurs, chers élèves,

Un oeil sur les accessoires de Pluton, dieu des enfers et de l’abondance: eh oui la richesse donc les chiffres…

Voilà un tableau essentiel de correspondance des chiffres romains et arabes:

Nous avions déjà dans un article précédent mis un lien vers un convertisseur des chiffres romains/arabes:

I 1
V 5
X 10
L 50
C 100
D 500
M ou ↀ 1000
V ou ↁ 5000
X ou ↂ 10 000
L ou LM 50 000
C ou CM 100 000
X 1 000 000
M 100 000 000

Pour quoi faire?

Un petit voyage au pays des chiffres romains, comment les Latins comptaient-ils les monnaies lors d’échanges commerciaux?

Au moyen d’une sorte de boulier; l’abaque romain:

C’était une table à compter, on comptait de droite à gauche

Abaque romain

© INRIA / Photo J.-M. Ramès


Les Romains y poussaient des petits cailloux, appelés calculi, sur un support en sable (arena) ou en bois.

Les deux colonnes les plus à droite servaient à effectuer des fractions.

Les colonnes de la 7 ème à la 1 ère à gauche marquaient les unités, dizaines, centaines, milliers jusqu’aux millions.

Ce système s’ avérait complexe pour certaines multiplications.

Pour aller plus loin, allez jeter un oeil sur le site ci-dessous :

http://enseignement-latin.hypotheses.org/2634/comment-page-1?lang=pt_PT

Sur les marchés à Rome par exemple, il faut imaginer le bruit des marchands de fruits et légumes, de viandes, de marchandises en tout genre, on utilisait des abaques pour calculer les sommes, ils le faisaient aussi naturellement que nous utilisons la fonction calculatrice sur nos smartphones!

Si ce sujet vous intéresse n’hésitez pas à laisser une notula ci-dessous!

Chers élèves,

Je vous rappelle que nous avons notre maquette d’insula à réaliser.

La fin de l’année s’ achemine à pas croissants, nous allons nous organiser pour notre fête latine et grecque, nous verrons avec notre direction pour fixer les modalités et la date ce serait après le Brevet des collèges.

Rendez-vous à la fin de l’année pour notre jour de l’Antiquité: le dies antiquus…

Nous aurons l’occasion de découvrir des jeux de hasard et de société romains aux noms aussi exotiques les uns que les autres: le latronculus, de goûter des plats latins, la patina … et de reproduire des expériences scientifiques de savants antiques, de voir des scènes de vie quotidienne jouées, et de tester les jeux olympiques antiques.

Nous en reparlerons bientôt.

Magistra

Avete, discipuli quarti: élèves de 4èmes,

Urbs romana in sinum! La cité romaine dans ta poche!

Voici un lien intéressant vers un serious game qui permet de construire sa propre cité romaine:

http://education.francetv.fr/serious-game/cite-romaine-o1711

Valete

Ad lunae diem!

À lundi

Audite, audite, Oyez, oyez!

Allez jeter un oeil sur notre nouvelle page, à droite: LES ORACLES DE MASCA!

Ce n’est qu’un petit début…

Bonne lecture!

Vous pouvez répondre à la question posée dans cette nouvelle page dans les commentaires ci-dessous!

Valete!

Magistra

Marcus Lucius Junius Brutus Caepio est né en 85 av J-C en Grèce et il est mort en 42 av J-C à Philippes. Tout au long de sa carrière, il exercera plusieurs professions : Sénateur Romain, juriste, philosophe de la fin de la république.

MARCUS LUCIUS JUNIUS CAEPIO

Sa mère est l’une des maîtresses de Jules César et son père s’est fait assassiné par Pompée. Donc c’est son oncle qui l’a élevé. Marcus disait descendre de Lucius Junius Brutus (homme qui a renversé le dernier roi de Rome et qui a instauré la république).

Marcus est un homme contre toute dynastie impériale, or Jules César est devenu Empereur (49 av J-C). Brutus déclare alors la guerre à César mais ce fut un échec. Le 15 mars 44 av J-C, Marcus décide de faire un coup d’état « légaliste », aidé par des amis de Jules César. C’est lui même qui donna le dernier coup de poignard à César.

JULES CESAR

Après cet horrible acte, Marcus quitte Rome. Quelques temps plus tard, en Thessalie, en Province sur la pleine de Philippes, il veut être sûr que personne ne prendra la place de Jules César : Il commencera par se rallier au camp d’Octave (fils adoptif de César et futur Empereur). En revanche, la deuxième tentative sur Marc Antoine (général Romain et homme politique), fut une défaite totale.

Honteux et déçu de sa défaite en Thessalie, il se suicide trois semaines plus tard d’un coup d’épée fatal.

OCTAVE MARC ANTOINE

Elissa

Ecce tempus hebdomadae Saturnaliorum!

Voici que vient le temps de la semaine des Saturnales.

Dulciae, patinae au programme pour demain:

lunae dies ante Diem X VIII KALENDAS decembribus.

Cras conciliabolum nostrum cum omnibus latini graeci discipulisque agendum:

Demain notre réunion de tous les latinistes et hellénistes a lieu de 7h50 à 8h45!

Nous réaliserons des cartes de voeux antiques,

Venez avec votre bonne humeur et de bonnes idées!

Bene sapiat! En salle B 13!

Avete cari discipuli,

Mox tempus Saturnalibus venit!

Le peuple romain vivait de l’agriculture et de l’élevage des troupeaux. Les Romains étaient dépendants du climat et du calendrier lunaire, pour récolter au mieux les fruits de leurs travaux.

Du temps de la royauté, (entre -753 et 509),  en décembre, on consacra un temple en l’honneur du dieu Saturne, c’était le dieu tardif des semailles et de l’agriculture, on l’appelait aussi Sator, le dieu  de l’ensemencement.

Initialement, Saturne était le dieu de la prospérité et de la richesse, on conservait au coeur de  son temple le trésor de Rome.

Ce trésor de Rome, aerarium était en gros l’ancêtre de notre fisc ou Trésor Public, fiscus, i, m en latin signifiait panier: ce panier servait à récolter les impôts. Comme dit l’adage: « ici bas rien n’est plus sûr que la mort et les taxes »… Passons vite…

On dit que Saturne, équivalent du titan Cronos chez les Grecs avait été chassé de Grèce par son fils Zeus/ Jupiter après qu’il eut délivré ses frères du ventre de leur père!

On dit aussi qu’il régna sur un petit village sur le Mont Capitole qui s’ appelait Saturnia!

Il nous reste très peu de choses de cette époque archaïque de Rome.

Le temple de Saturne, situé au pied du Capitole, était le plus ancien des temples; regardons cette reconstitution:
temple_de_saturne_image002

On y avait installé la statue du dieu Saturne, que l’on représentait enchaîné toute l’année!

Les esclaves lui vouait un culte particulier, car il représentait leur condition de servitude!

Cette statue était couverte toute l’année de chaînes que l’on découvrait le jour des Saturnales: grande fête de l’hiver, qui débutait le 16 ou 17 décembre environ.

Les Romains attendaient avec impatience cette fête, on se rendait sur le Mont Aventin, le Mont le plus au Sud sur la carte ci-dessous:

leseptcollinesderome_image001

on criait: « Bona saturnalia » sur tout le chemin, on y dressait un grand banquet public, on mangeait d’excellents mets, on s’offrait de petits présents et l’on revêtait le pileus, bonnet conique de l’esclave affranchi…

et c’était le temps du banquet saturnien, sorte de carnaval où les rôles sociaux étaient inversés:

les esclaves ou servi, orum, m devenaient maîtres et les maîtres ou domini, orum, m devenaient esclaves.

Les esclaves jouissaient donc pendant quelques jours d’une apparente liberté…

A cette occasion, les Romains se déguisaient pour inverser les codes sociaux et ils mangeaient des recettes spéciales:

notamment des gâteaux appelés : patina, dulcia, petits anneaux de miel, du panamem (ancêtre de notre pain perdu):

<a href= »http://www.dicolatin.com/FR/LAK/0/DULCIA/index.htm »>dictionnaire latin DULCIA</a>

De nombreuses recettes portaient en germe les succulentes recettes orientales à base de miel, de dattes, de pistaches…que nous pouvons déguster dans le monde méditerranéen encore aujourd’hui!

Nous allons essayer de préparer pour la classe à cette occasion une ou deux recettes sucrées.

Nous en parlons dès demain: Cras legendum!

Valete

Avete,
Un lien d’entraînement sur les déclinaisons, aidez-vous de vos duae bellides!

http://www.xena.ad/lcf/latin/netscape/decline.htm

Cari discipuli, cari curiosi,

Eurêka, j’ai trouvé sur internet ce convertisseur bi-directionnel qui permet de convertir des chiffres arabes en chiffres romains et vice versa! Jusqu’à 9000000001!!!
Cliquez sur le lien ci-dessous:⤵

http://www.aly-abbara.com/utilitaires/autres/convertisseur_bidirectionnel_nombres_romains.html

Ludite cum eo libenter! Amusez vous avec à loisir!

Calendrier
    septembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
Catégories
Statistiques
    Visiteurs en ligne : 1
    Nombre de visiteurs : 1454